dimanche 31 janvier 2016

Porcelaine par Estelle Faye

dimanche 31 janvier 2016
Résumé : Chine, vers l’an 200. Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans. Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.

Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

Titre : Porcelaine
Auteur : Estelle Faye

Édition : Les Moutons Electriques



***



Aujourd’hui, je vais vous parler de Porcelaine, qui a été écrit : par Estelle Faye et que l’on peut trouver aux éditions Les Moutons Electriques.

Dans Porcelaine, il est question de suivre Xiao Chen, fils d’un potier, dont l’existence est bouleversée par une rencontre avec un dieu vengeur. Son visage humain laisse alors place à un faciès de tigre, qui le contraint à quitter son village. Avant son départ, son père lui fait un ultime cadeau dans l’espoir de l’aider dans son exil. Xiao Chen ne restera pas seul très longtemps puisqu’il va croiser une troupe de théâtre avec laquelle il va voyager durant de nombreux siècles à travers la Chine et vivre une aventure découpée en plusieurs actes. À leurs côtés, notre héros va connaître l’amour, l’amitié, mais aussi de la jalousie teintée parfois de rivalité.

De Porcelaine, je retiendrai une sensation d’éloignement. Au fil de ma lecture, j’ai vu une distance se créer avec les personnages. Au début je les sentais plutôt proches, mais avec le temps j’ai eu l’impression qu’un fossé se creuser sans que pour autant je ne cesse de m’attacher à eux. Peut-être qu’avec le recul je réussirais à expliquer cette sensation. Peut-être est-elle due au fait que Porcelaine débute comme un roman, mais se conclut comme un conte ? Peut-être est-ce lié aux années écoulées ? Ou à toute autre chose que je ne suis pas parvenue identifier.

Cela ne m’a pas empêchée de passer un bon moment en compagnie de ces personnages. J’ai aimé Xiao Chen jusqu’à la dernière ligne droite où je voulais le secouer, car il ne se rendait pas compte de la chance qu’il avait. Malgré son âge avancé, il lui restait des choses à apprendre, notamment de ce caprice qui était devenu bien plus que cela. J’ai été touchée par le personnage de Brume dont l’existence n’a rien du long fleuve tranquille. Le fait que l’on prenne le temps de la connaître, permet d’avoir un tout autre regard sur sa relation avec Li Mei, et même avec le résumé en quatrième de couverture du livre. D’ailleurs je trouve ce dernier un brin trop bavard concernant le contenu, voire même un peu trompeur. À cause de lui, je pensais qu’une rencontre aurait lieu bien plus tôt. Je me doutais aussi qu’une relation risquait de prendre une tournure moins joyeuse. Je trouve que c’est dommage, car cela gâche l’effet de surprise. Après ce n’est pas le premier résumé à faire cette erreur, mais je leur en veux d’oser me priver de certains plaisirs de ma lecture !


Heureusement, cela n'empêche pas Porcelaine d'être un bon livre. J’ai apprécié l’écriture de ses personnages, mais aussi la plume poétique de son auteur sur certains passages du roman. Si je devais lui trouver un bémol, ce serait une impression de longueur sur la fin. Bon, je chipote un peu, car l’affrontement final et la chute de l’histoire parviennent à rattraper sans mal. Je ne peux donc que vous conseiller de jeter un œil à Porcelaine si l’envie d’un voyage dépaysant vous saisit !

  

Verdict ♥ ♥ ♥ 



Ce livre rentre dans le challenge :


lundi 25 janvier 2016

Le Masque du Gerfaut par Sonia Alain

lundi 25 janvier 2016
Résumé : En l'an 1335, le roi d'Angleterre revendique la couronne de France, ce qui plonge les deux pays dans une guerre sans pitié. Joffrey de Knox, un guerrier puissant de Bretagne, a décidé de s'allier à l'Angleterre, y voyant l'opportunité d'étendre son territoire et de s'enrichir davantage. Comme son père avant lui, il convoite surtout les terres du sud qui appartiennent au seigneur de Vallière, petit-cousin du roi de France. Pour parvenir à ses fins, le seigneur de Knox décide qu'il est temps de se présenter devant la veuve de Vallière pour réclamer son dû : la main de sa fille qui, alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, avait fait l’objet d’une promesse de mariage par son père pour régler une dette de jeu.

Mais Joffrey de Knox ignore qu’Anne de Vallière est une jeune fille énergique et déterminée, qui se dressera courageusement sur son chemin… Elle saura trouver la force de supporter son sort grâce aux amitiés qu’elle noue dans l’entourage de ce seigneur craint de tous. Sensible et intelligente, Anne s’efforcera de percer le mystère de cet époux qui lui a été imposé, car derrière les colères et la brutalité de Joffrey, elle devine chez celui-ci une personnalité complexe où la dureté masque des blessures profondes.

Titre : Le Masque du Gerfaut
Auteur : Sonia Alain


Édition : VLB Editeur

***



Aujourd'hui, je vais vous parler d'une romance historique écrite par Sonia Alain : Le masque du gerfaut. Ce roman introduit les personnages d'Anne de Vallière et de Joffrey de Knox, que l'on peut retrouver dans le diptyque L'amour au temps de la Guerre de Cent ans.

Dans le prologue, l'auteur prend le temps de nous expliquer le contexte historique dans lequel va se dérouler son intrigue. D'un côté, elle évoque l'Histoire avec un grand h pour expliquer la situation du pays et les tensions entre l'Angleterre et la France, le tout sans entrer dans des détails trop compliqués. L'objectif est clairement de poser le décor, pas de noyer le lecteur avec une pluie d'informations plus ou moins utiles pour l'intrigue. De l'autre côté, l'auteur prend aussi le temps de présenter l'élément perturbateur, qui va unir Anne et Joffrey quelques années plus tard. Dans cette partie, j'ai reconnu le côté un peu sadique de l'auteur, qui conclut son prologue de manière cruelle. Je ne trouve pas d'autres termes pour qualifier ce passage…

Dont les conséquences frappent la famille de Vallière de plein fouet dix années plus tard. Si elle avait su ce que le patriarche avait fait, elle aurait sûrement eu le temps d'essayer d'éviter ce mariage forcé à la pauvre Anne, qui va se retrouver à devoir payer la dette de son père. Si sa famille essaie de la sauver, Joffrey, le futur mari de la jeune femme, ne va clairement pas se laisser faire. Il va retrouver la jeune femme, l'épouser de force, mais aussi la prendre de la même façon sans se soucier un seul instant des conséquences. Il recommencera cette même erreur plus tard… et honnêtement, cela ne rend pas le personnage sympathique.

Pourtant, Anne et Joffrey vont finir par s'aimer. Comment ? Le roman va s'efforcer de prendre le temps de nous l'expliquer. Ce ne sera pas un chemin facile, ce que j'ai apprécié. Après ce que Joffrey fait, il n'aurait pas été logique qu'Anne succombe comme ça. Elle va devoir gratter la surface pour y parvenir, creuser et aussi changer d'avis. Au fil du temps, elle finira par comprendre qu'il regrette vraiment, qu'il existe sans doute quelqu'un à aimer derrière cette carapace de salaud. Alors, oui, Joffrey a connu une enfance difficile, a un père dont le modèle n'était pas le meilleur qui soit. Oui, l'époque n'était clairement pas favorable à la femme dont l'avis n'importait pas beaucoup puisque son rôle était de faire des efforts. Après, je l'avoue, son attitude me reste en travers de la gorge, inacceptable. Néanmoins, je veux bien reconnaître que derrière la noirceur, Joffrey regrette ce qu'il a fait, qu'il veut vraiment changer pour sa femme. L'amour est là, je crois que c'est indéniable, espérons qu'il soit suffisant pour qu'il n'y ait pas trop de rechutes à l'avenir…

En tout cas, maintenant j'ai les informations que je voulais pour commencer la suite des aventures d'Anne et de Joffrey. Je suis curieuse de connaître leur avenir, savoir si la douceur et l'obstination d'Anne réussiront à maintenir Joffrey sur la bonne voie, s'ils ne souffriront pas trop non plus car l'auteur n'y a pas été de main morte avec eux. Une chose est sûre, Le masque du gerfaut fut une lecture aussi intéressante qu'appréciée.


Verdict ♥ ♥ ♥


Ce livre rentre dans le challenge :



lundi 18 janvier 2016

Les Tornades d'Acier, tome 2 : Froid Brûlant par Olivia Rigal

lundi 18 janvier 2016
Résumé : Que veut donc Brian Hatcher ?
Il veut prendre la tête du club de motards de son père, mettre six pieds sous terre l'assassin de David, son meilleur ami et, surtout, il veut Lisa, la soeur de David. Il veut Lisa derrière lui sur sa moto, chez lui dans son lit et sous le charme du froid brûlant.
Mais voilà, Lisa se pose des questions à propos du rôle qu'ont pu jouer les Tornades d'Acier lors de la mort de son frère et elle veut devenir procureur.
Alors ce que veut Brian ?

Titre : Les Tornades d'Acier, tome 2 : Froid Brûlant
Auteur : Olivia Rigal


Édition : Auto-Edition



***



Aujourd'hui, je vais vous parler de la suite des Tornades d'Acier avec Froid Brûlant, toujours écrit par Olivia Rigal.

Alors autant le premier tome se lisait sans trop de difficulté, autant celui-là m'a donné plus de fil à retordre. J'apprécie l'idée de changer de point de vue sauf que Brian s'est avéré moins charismatique que Lisa. D'ailleurs, j'ai trouvé cette dernière très en retrait alors que Brian prépare tout de même leur avenir et qu'en plus il enquête sur la mort de David.

En fait, je suis déçue par cette suite qui contient des idées susceptibles de faire passer un bon moment, mais qui n'ont pas la place d'être clairement exploitées. J'aurais aimé que l'on creuse davantage la relation entre Brian et son frère, et même celle qu'il entretient avec Lisa. J'aurais apprécié que l'enquête sorte un peu des sentiers battus, qu'elle ne paraisse pas si prévisible. Du coup, j'ai été frustrée par ma lecture.

Au final, ce second tome des Tornades d'Acier est en-dessous de son prédécesseur. Si je ne peux pas vous le recommander, je pense néanmoins jeter un œil sur la suite afin de savoir si le potentiel d'un personnage sera exploité. Si tel est le cas, je me ferai un plaisir de revenir vous en parler.


Verdict 


Ce livre rentre dans le challenge :


  

samedi 16 janvier 2016

La Passeuse d'Âmes, tome 1 : Damnée par Lyn A. Lewis

samedi 16 janvier 2016

Résumé : Malédiction. Destin. Trahison.

Depuis des générations, les membres de la famille Homes perçoivent les esprits et les manipulent dans leur propre intérêt. Seule Érine a choisi d'user de ses talents pour enfermer les plus malveillants d’entre eux afin de protéger ceux qui en sont victimes.

Un jour, sa route croise celle d'un homme énigmatique à l'aura aussi effrayante qu’intrigante. Suite à cette rencontre, l'existence d'Érine est bouleversée. Elle se retrouve prise au piège d’une succession d’événements funestes qui feront d’elle une Passeuse d’âmes. Elle se verra alors contrainte d'affronter sa famille ainsi que le terrible secret qu'elle cache depuis des siècles.

La mort n’est pas la fin, elle n’est qu’une destination.

Titre : La Passeuse d'âmes, tome 1 : Damnée


Auteur : Lyn A. Lewis

Édition : Auto-édition


***

Aujourd'hui, je vous propose de plonger dans les contrés de l'auto-édition avec Damnée, premier tome de la Passeuse d'âme, une saga de bit-lit écrite par Lyn A. Lewis.

Ce livre raconte les mésaventures d'Erine, une jeune femme qui a choisi de servir de son don pour faire le bien. Seul hic, sa famille n'est absolument pas d'accord et ne va pas se gêner pour le lui faire payer. Cela commence donc comme une histoire empreinte de vengeance, mais les choses vont vite se compliquer. Erine va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l'existence où des individus plus ou moins fréquentables vont croiser sa route. Elle aura ainsi des joutes verbales avec un britannique, sera l'obsession d'un antagoniste que l'on veut détester mais que les motivations rendent presque sympathique. Je dis bien presque car les moyens utilisés par ce dernier sont clairement malsains, mauvais et horribles pour cette pauvre Erine.

D'ailleurs, l'auteur est du genre à trancher dans le vif, à faire preuve d'une certaine audace dans les événements qu'elle impose à son héroïne et à ses proches. Personne n'est à l'abri, ils sont tous susceptibles de souffrir et ils n'en sortiront clairement pas indemnes. Cela influencera leur décision qui sont plus pragmatiques que conciliantes. Résultat, l'univers de la Passeuse d'Âmes n'est pas une opposition entre bien et mal, mais une toile où de multiples teintes de grises se dévoilent, qui nous oblige à maudire nos personnages préférés… et presque plaindre ceux qu'on veut détester.

Au final, la Passeuse d'Âmes est un bon livre auto-édité, à classer sur le haut du panier. Il introduit un univers où le gris domine, où les personnages sont attachants et où l'antagoniste n'est pas forcément un vilain méchant pas beau (oui parce que cet idiot est beau en plus… ). Le tout est manié par une auteur qui n'hésite pas à faire des choix (ou à torturer ses personnages… et donc ses lecteurs). Alors si lire un auteur auto-édité vous tente, que vous aimez le fantastique et que vous ne savez pas quoi choisir, laissez-vous tenter par la Passeuse d'Âmes, le voyage en vaut la peine ! (et la couverture est jolie)



Verdict ♥ ♥ ♥ ♥



Pour revoir la version vidéo de cette chronique, c'est par
Pour se le procurer, c'est par ici

vendredi 15 janvier 2016

Prendre Gloria par Marie Neuser

vendredi 15 janvier 2016
Résumé : Le 12 septembre 1993, dans la petite commune italienne de P., Gloria Prats quitte son amie Elena pour un rendez-vous furtif. Elle franchit le perron de l’église de la Miséricorde.

Mais les minutes deviennent des heures, et Gloria ne ressort pas. Une fugue ? Un enlèvement ? Pire encore ?

Tous les regards se tournent vers Damiano, étrange jeune homme aux déviances notoires, connu pour collectionner les mèches de cheveux des jeunes filles...

Une enquête s’ouvre, sans corps, sans explication. Dans la petite communauté municipale, la colère et l’indignation grondent. L’ombre des magistrats menace.

Chaque pierre se met bientôt à vibrer du silence de la disparue. L’histoire retiendra que ce 12 septembre 1993, à P., les minutes sont devenues des heures. Et le temps, un bourreau.

Titre : Prendre Gloria

Auteur : Marie Neuser

Édition : Fleuve Editions
***
La disparition d’un être cher est une expérience traumatisante, horriblecomme si un gouffre s’ouvrait soudainement sous vos pieds et vous aspirait inexorablement.Vous vous sentez démuni et vous tournez alors naturellement vers la police etla justice afin que ceux-ci mettent tout en œuvre afin de retrouver le membrede votre famille et fasse toute la lumière sur l’affaire.

Mais lorsque d’importantes instances tels que l’Eglise ou encore laMafia sont impliquées et que celles-ci mettent tout en œuvre pour protégerleurs intérêts, quitte à corrompre ou faire disparaitre des preuves voir destémoins, afin que la vérité n’éclate jamais au grand jour, les abysses du désespoiret de la colère deviennent votre quotidien.

C’est dans cet enfer pavé de questions sans réponses et d’ignorancequant au sort de Gloria que la famille Prats va errer durant des années. Carmême si l’identité du coupable ne semble faire aucun doute, les preuves, elles,restent hélas introuvables car au cœur de cette petite ville italienne la loidu silence règne.

« Prendre Gloria » est le premier roman de Marie Neuser que jedécouvre et ce fut un réel plaisir.

Tout d’abord, j’ai beaucoup apprécié la crédibilité des événementsrelatés par l’auteur ainsi que la tournure de l’enquête.

L’addiction débute dès la première page. Le voile du mystère se dissipepour tantôt mieux s’épaissir au fil des chapitres. Chacun d’eux nous donne laversion des faits d’une personne étant mêlée de près ou de loin à l’enquête. J’aieu l’impression d’être l’un des jurés au cœur d’un procès que chacun desprotagonistes tente de convaincre et de rallier à sa cause.

Ensuite, l’auteur a mis un soin tout particulier au travail de lapsychologie des divers personnages présentés dans ce roman. Chaque protagonistea sa part d’ombre et de lumière, ce qui les rends d’autant plus crédibles. J’ai enfin également beaucoup apprécié la combativité dont l’auteur a doté lafamille de Gloria, notamment sa maman Giuseppina et son frère Aldo, qui, bienqu’abattus par la disparition de leur fille et sœur ne sont pas présentés commedes victimes éplorées. Au contraire, c’est à la fureur d’une mère indignée parle manque de réactivité des autorités que nous avons affaire. Une femme blesséequi n’hésite pas à taper du poing sur la table pour que justice lui soitrendue. Un frère qui remue ciel et terre pour retrouver la trace de sa petite sœuret qui n’hésite pas à mener sa propre enquête. Ce sont les personnages qui m’ontpersonnellement le plus marqué.

« Prendre Gloria »est un thriller que je recommande chaudement aux amateurs du genre. Il s’agitdu second volet d’un diptyque dont le premier volume s’intitule « Prendre Lily ».Cependant, nul besoin d’avoir lu ce premier tome pour apprécier « PrendreGloria » qui peut parfaitement être vu comme un préquel.

jeudi 14 janvier 2016

Nos étoiles contraires par John Green

jeudi 14 janvier 2016
Résumé : Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Titre : Nos Etoiles Contraires

Auteur : John Green

Édition : Nathan



***


Aujourd'hui, je m'attaque au livre de John Green : Nos étoiles contraires. J'en ai beaucoup entendu parler, notamment par ma sœur, qui n'a pas lu le livre, mais qui a adoré le film. Par contre, je lui en veux un peu car elle m'a induite en erreur sur la fin que j'attendais de l'ouvrage.

Bref, Nos étoiles contraires, c'est un livre que j'ai lu plutôt facilement. Je n'ai pas adoré, je n'ai pas non plus aimé, mais j'ai apprécié ma lecture à l'exception du quart final. Je trouve que la principale force de cet ouvrage réside dans sa narratrice dont le caractère ne m'a pas déplu (même si elle mérite d'être secouée par moments). J'ai aimé sa façon de voir les choses, la manière dont elle communique avec le monde extérieur et sa mère. Oui, j'adore la mère d'Hazel, sa manie de fêter tout et n'importe quoi. J'ai aussi aimé son père et sa façon de trouver les mots justes. Je me suis attachée à cette famille, qui est frappée durement par la maladie d'Hazel, qui s'efforce de vivre avec et ce n'est facile pour personne.

A côté de cela, nous avons Gus. Il a tout du prince charmant. Il arrive pile au bon moment dans la vie de notre héroïne. Il devient l'ami dont elle avait besoin avant que l'amour ne pointe le bout de son nez. C'est mignon, légèrement mièvre sur les bords jusqu'à ce que le destin décide de faire sombrer l'ouvrage dans le pathos. Honnêtement, je veux bien que la tragédie pointe le bout de son nez, qu'un drame frappe mais j'avoue être restée perplexe face au choix de l'auteur. Pour moi, il a cherché à rajouter une couche inutile de drame, une sensation renforcée par une statistique donnée sur le cancer en question.

Quant au personnage de l'auteur, je ne sais pas trop quoi en penser. Il aurait sans doute fallu s'arrêter à la rencontre avec ce dernier plutôt que de le voir ressurgir pour des apparitions sans grand intérêt. Je ne parle même pas du passage dans la voiture où les réactions des personnages manquaient clairement d'incohérences et qui ne présentait aucun intérêt. Si quelqu'un a une explication sur sa signification, je veux bien l'entendre car moi je ne comprends vraiment pas. Je trouve ça vraiment dommage car ça nuit clairement à l'intrigue à mes yeux.

Au final, Nos étoiles contraires raconte une histoire d'amour mièvre sur fond de cancer. Si par moments l'auteur trouve les mots justes, il se perd dans la pathos à la fin et sombre dans le n'importe quoi avec la scène de la voiture. Je m'attendais à une belle histoire, je me retrouve avec un téléfilm de l'après-midi à l'intrigue prometteuse que la dernière ligne droite gâche totalement.  


Verdict ♥ ♥

Déception !



Ce livre rentre dans le challenge :




lundi 11 janvier 2016

Tombola Surnaturelle - Intégral par Suzanne Williams

lundi 11 janvier 2016
Résumé :
La Tombola Surnaturelle, vous en avez déjà entendu parler, vous ?!

Non, c’est bien ce que je disais...

Pour moi, c’était pareil, jusqu’au jour où j’ai reçu une lettre m’informant que je faisais partie des lots. La bonne blague dans tout ça, c’est qu’une fois que vous êtes inscrit, vous avez le choix entre vous livrer bien gentiment ou prendre vos jambes à votre cou parce que tout un tas de créatures plus étranges les unes que les autres se met à vos trousses.

Voilà qui limitait sérieusement mes possibilités !

Titre Tombola Surnaturelle - Intégral
Auteur Suzanne Williams
Édition Sharon Kena

***

Une petite chronique rapide, car je manque de temps depuis quelques jours, pour vous parler de "Tombola Surnaturelle" de Suzanne Williams. Il s'agit là d'une lecture plus qu'agréable grâce aux personnages qui ont su me charmer et me donner envie de les suivre tout au long des trois tomes de la Tombola.

Ambre est une femme au fort caractère mise en jeu lors d'une tombola où des êtres surnaturels tentent d'obtenir des lots. Prenant cela pour une mauvaise blague, elle jette le carton d'invitation et reprend sa petite vie. Mais, un lot en fuite est un lot à saisir !
Toute l'histoire part de là. Elle devient de plus en plus intéressante au fil des pages et je dois avouer que j'ai une petite préférence pour le tome 3, même si l'intrigue amoureuse devient très prenante dans le dernier livre.

Bon, pour tout vous dire, mon coup de cœur provient certainement du fait que l'un des mâles est un démon... J'aime telllleeement les démons... J'ai craqué immédiatement sous son charme, au point d'en rêver la nuit *hum hum*. Il ne m'a pas laissée indifférente, à vous de savoir ce qu'il en était pour Ambre en lisant cet intégral.

J'ai vraiment passé un agréable moment en compagnie des créatures de Suzanne Williams. 'ai beaucoup ri, mais j'ai aussi souffert et suis tombée amoureuse... J'adorerais les retrouver dans une nouvelle aventure, car je m'y suis vraiment attachée. 
Je vous conseille cette lecture si vous avez besoin de dépaysement !

Les Tornades d'Acier , tome 1 : Froid comme la Pierre par Olivia Rigal

Résumé : Rentrant chez elle d'urgence depuis New-York où elle fait ses études, Lisa Mayfield est confrontée au décès de son frère et à son premier amour qu'elle ne reconnait plus.
Brian Hatcher, le meilleur ami de son frère, a abandonné l'école de police. Au lieu de s'associer au frère de Lisa dans une unité spéciale de lutte contre le crime organisé, il est devenu un membre à part entière des Tornades d'Acier, un club de motard hors la loi, celui-là même qui semble être à l'origine du décès de son frère.
A la recherche des réponses à ses questions sur la mort de David, Lisa ne peut nier l'attraction qui la pousse encore vers Brian.
Mais si la tentation est toujours là, Lisa ignore s'il reste encore en Brian quelque chose du garçon qu'elle a aimé ou s'il est devenu froid comme la pierre.

Titre : Les Tornades d'Acier, tome 1 : Froid comme la pierre

Auteur : Olivia Rigal

Édition : Auto-Edition

***

Aujourd'hui, j'ai pioché ce livre dans la bibliothèque de ma mère, qui est dans une phase où elle ne veut lire que des bikers. Je vais donc vous parler de ces derniers avec Froid comme la pierre, premier tome des Tornades d'Acier écrit par Olivia Rigal.

Ce premier tome est écrit selon le point de vue de Lisa, une jeune fille qui rentre chez elle après le décès de son frère et qui se retrouve confrontée au meilleur ami de ce dernier. Alors autant le dire de suite, l'histoire suit un schéma classique dont les rebondissements peuvent se voir longtemps à l'avance. Après, ça se lit plutôt bien même si la mise en page souffre de quelques défauts. A plusieurs reprises, une phrase de narration se retrouve affublée d'un tiret de dialogue qui vient troubler la compréhension de l'échange en cours. Quant aux personnages, ils ne surprennent pas, sont plutôt lisses et souffrent d'un livre dont l'épaisseur va de pair avec la maigre complexité de leurs caractères.

Bref, ce premier tome des Tornades d'Acier met en place une romance lambda, qui fait passer le temps, mais qui s'avère très fade lorsque vous avez eu le malheur (ou la chance) d'avoir déjà découvert l'univers des bikers avec les Hell's Horsemen. 



Verdict ♥ ♥  


Ce livre rentre dans le challenge :


dimanche 10 janvier 2016

Les Voies d'Anubis par Tim Powers

dimanche 10 janvier 2016

Résumé : Lorsque le professeur Brendan Doyle accepte de donner une conférence sur le poète anglais Coleridge, il est loin d'imaginer qu'il ne va pas tarder à le rencontrer en personne… en 1810 ! Car après avoir accepté l'offre d'un millionnaire ayant percé les mystères du voyage dans le temps, le voilà plongé dans une aventure rocambolesque, traversant un Londres peuplé de bohémiens, de mendiants douteux et de sorciers terrifiants, tel ce clown macabre qui règne sur le monde souterrain. Et pour couronner le tout, Doyle ne peut revenir à son époque, à moins de déjouer les plans malfaisants de mages égyptiens qui veulent ramener leurs anciens dieux à la vie. Mais osera-t-il prendre le risque de changer le cours de l'Histoire ?






Titre : Les Voies d'Anubis

Auteur : Tim Powers

Édition : Bragelonne
***

Cela fait quelques années que j’arpente les sentiers de la littérature  fantastique et jusqu’à présent, je n’avais encore rien lu de tel ! Ce roman est tout bonnement stupéfiant à bien des égards et dans le meilleur sens du terme.
L’un des thèmes cher au genre Steampunk est sans conteste le voyage temporels. Cependant, si celui-ci est mal exploité par l’auteur, on en arrive vite à une intrigue sans queue ni tête où le lecteur en perd son latin ! Mais Tim Powers s’avère être un virtuose du maniement des voyages dans le temps qu’il aborde d’une manière plutôt originale.
En effet, dans ce récit Tim Powers entraine le lecteur à la suite de Brendan Doyle, professeur de lettres américain qui, après avoir accepté l’invitation du mystérieux milliardaire J. Cochran Darrow afin de donner une conférence sur le poète Samuel Taylor Coleridge, se retrouvera propulsé du Londres de 1983 à celui de 1810. Ce voyage temporel a pu être réalisé car Darrow a découvert des brèches temporelles créés en 1802 par des sorciers égyptiens à la suite d’un rituel ancestral ayant pour but de ramener à la vie d’anciennes divinités égyptiennes qui a mal tourné. Hélas, Brendan Doyle sera enlevé par l’un de ces mages et ratera donc la brèche de retour lui permettant de retrouver son époque. C’est le début d’une succession d’aventures plus troublantes les unes que les autres au cours desquels sa vie sera menacée à de nombreuses reprises. L’une d’elle le mènera notamment en 1684 où il devra empêcher l’altération de l’histoire de l’humanité.
Un autre aspect très plaisant de ce récit est la multitude de détails fournis par Tim Powers sur la ville de Londres ainsi que la vie des anglais à l’époque. Les amateurs inconditionnels de cette ville visualiseront sans problème la configuration de la ville au 19ème siècle.
L’érudition de Tim Powers qui a notamment étudié la littérature anglaise, transparait dans ce roman de par la mixité plus que réussie des personnages historiques et fictifs. Rien d’étonnant à ce que notre ami Doyle côtoie des sommités de la poésie anglaise tels que Colrigde ou Lord Byron. 
Finalement, mention spéciale également au traducteur de ce chef-d’œuvre de la littérature fantastique pour le choix du vocabulaire utilisé. Il est malheureusement de plus en plus rare de lire des livres avec une écriture de qualité.
Bref vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre qui est un véritable coup de cœur. Ce roman est certainement à mettre dans les mains de tout un chacun qui souhaite passer un excellent moment de lecture !  

vendredi 8 janvier 2016

The Dark Duet, tome 1 : Captive in the Dark par C.J Roberts

vendredi 8 janvier 2016
Résumé : La vengeance. La vengeance est le but ultime de Caleb. Il la prépare depuis douze ans. Pour réussir, son «arme» doit être vraiment spéciale. Elle sera un cadeau inestimable dont tout le monde parlera. La fille qu’il surveille de l’autre côté de cette rue passante est parfaite. Elle est différente de ses proies habituelles. Elle n’est pas consentante, elle n’est pas vendue par son père, elle ne lui a pas été envoyée... 
Elle sera sa conquête. Dans ce huis-clos étouffant, le bonheur est-il encore possible ?  
                        
Titre : The Dark Duet, tome 1 : Captive in the Dark

Auteur : C.J Roberts
Édition : Pygmalion



***


Aujourd'hui, je vous propose de plonger dans l'univers sombre de Captive in the Dark, le premier tome de The Dark Duet écrit par C.J Roberts et édité chez Pygmalion.

Captive in the Dark est un roman dont l'intrigue sombre et malsaine n'est pas à mettre dans toutes les mains. Il est question de suivre la captivité de Livvie, qui a malheureusement été choisie pour devenir une esclave sexuelle censée aider son bourreau, Caleb, et le mentor de ce dernier à se venger d'un sinistre individu. En somme la pauvre fille va être sacrifiée sur l'autel de l'égoïsme de Caleb. Alors oui, l'auteur nous offre le point de vue de ce dernier afin que l'on rentre dans sa tête de tordu, mais cela ne suffit pas à se laisser attendrir. Oui, il a beaucoup souffert. Oui, son désir de vengeance est légitime, mais se servir de cette pauvre fille qui n'a rien de demandé, ce n'est clairement pas acceptable.

Caleb n'est donc pas un prince charmant. C'est un individu abject avec des circonstances atténuantes, qui ne vont pas laisser Livvie de marbre. Il est le seul à qui la jeune fille peut se raccrocher alors que c'est lui qui la punit lorsqu'elle a le malheur de se rebeller. Il la fait souffrir mais elle ne peut s'empêcher de se réfugier dans ses bras. Une relation malsaine va donc se tisser entre la jeune fille et son bourreau, située entre le désir et la répulsion. D'ailleurs, le pire, c'est que Caleb aggrave son cas en s'intéressant d'un peu trop près à Livvie, en ne montrant pas assez de distance, en se laissant presque séduire par cette dernière. Les personnages sont donc humains, complexes dans leurs pensées et paradoxaux dans certains de leurs actes.

A côté de ça, il faut supporter le début où l'apprentissage de la jeune fille se fait presque au jour le jour, ce qui implique de voir tous les tourments qu'elle subit. Je dois avouer que ça s'étend sans doute un peu trop. J'ai trouvé que c'était un peu lent à un moment, presque mou avant que les choses n'évoluent et que certains événements viennent pimenter un peu l'intrigue et cette relation malsaine. Je dois reconnaître que le personnage de Livvie m'a touchée, car elle se débat comme elle peut dans cette terrible situation, et que c'est sans doute pour elle que je poursuivrais l'histoire. (Et aussi les quelques pages égarées à la fin de l'ouvrage sur la suite...)

Au final, je n'ai pas aimé Captive in the Dark. Je ne peux clairement pas dire ça, mais je l'ai trouvé intéressant dans son aspect psychologie des personnages. Il ne plaira pas à tout le monde car le sujet est dérangeant. Je ne le conseillerai qu'à ceux et celles qui ont le coeur bien accroché, qui n'ont pas peur d'être choqué et qui sont curieux de voir (de comprendre ?) une relation dérangeante entre un bourreau et sa victime dans un univers sombre.  


Ce livre rentre dans le challenge :



jeudi 7 janvier 2016

La Septième Face, Tome 1 : Et la Grande Coasseuse créa le Cube

jeudi 7 janvier 2016
Résumé :
Perdu au fin fond d’une galaxie, tourne un monde cubique. Oui, oui, parfaitement. Un immense Cube avec ses Faces, ses Arêtes et ses habitants qui vouent un culte à la Grande Coasseuse. 

Et dans ce monde étrange peuplé de mordantes à épines et de sauterelles à dents de sabre, le jeune Machin Schauze découvre que son oncle lui a légué un bien encombrant héritage...

Titre La Septième Face, Tome 1 : Et la Grande Coasseuse créa le Cube
Auteur : Svetlana Kirilina
Édition Champidents

***

Alors c'est l'histoire d'un mec du nom de machin vivant sur une planète cube à six faces dont le destin va basculer le jour où son très cher oncle reste accroché à une échelle de la bibliothèque... Ce dernier lui lègue alors une dernière volonté de la plus haute importance : trouver la septième face du cube et bien s'occuper de ses plantes carnivores. Heureusement, il peut compter sur un ami de son oncle, le "crapaud", adorateur des plantes dangereuses et bêtes en tout genre. Voilà voilà !

Ce que j'aime chez Svetlana Kirilina, c'est sa faculté à passer d'un genre fou à un genre complètement barré. Avec cet ouvrage, elle nous prouve que l'imagination est sans limite et... qu'il faut de tout pour faire un monde cubique. En pleine lecture, il m'arrivait de me dire : "mais où va-t-elle chercher tout ça ?" et j'avoue que cette question me taraude encore. Sans doute, Machin maudit quelque peu son auteur de lui faire subir une telle aventure.

Dans une lettre, son oncle lui adresse une drôle de demande : trouver la septième face du cube. Mais, pour cela, il doit trouver diverses clefs en parcourant toutes les faces de la planète afin d'ouvrir un coffre magique.
Machin Schauze n'est pas le plus grand aventurier de tous les temps, bien au contraire : il est trouillard, flemmard et constamment en train de râler. En même temps, je dois bien avouer que j'en ferais tout autant à sa place, tant son monde est dangereux et étrange... Mine de rien, il est attachant ce petit Machin, et on craint souvent pour sa vie à cet empoté !

Le style de cette histoire est très surprenant et si vous aimez les choses un peu loufoques, alors ce tome 1 est fait pour vous. On passe un très bon moment avec les personnages, parce que, finalement, on prend beaucoup de plaisir à les voir galérer !

En tout cas, je remercie chaleureusement l'auteur pour ce moment très spécial.


Pour lire cette improbable histoire de cube : La septième face, Tome 1 : Et la Grande Coasseuse créa le Cube
Pour découvrir les autres titres de l'auteur : Svetlana Kirilina
Pour parcourir son site : Champidents

mercredi 6 janvier 2016

Le Roi des Fauves par Aurélie Wellenstein

mercredi 6 janvier 2016

Résumé : Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort. Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ».
Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…

Titre : Le Roi des Fauves

Auteur : Aurélie Wellenstein
Édition : Scrineo

***



Aujourd'hui, je vais vous parler du Roi des Fauves, un roman signé par Aurélie Wellenstein et édité chez Scrineo.

Mon seul regret réside dans le temps que ce livre a passé dans ma PAL. J'aurais dû l'en sortir bien plus tôt car il m'a fait passer un bon moment. J'ai aimé suivre ces trois personnages dans leurs mésaventures aux allures de descente aux enfers. A la base, ils ne cherchaient qu'à nourrir leur famille, mais les choses dérapent. Ils se retrouvent accusés d'une tentative de meurtre qui les condamne à se transformer en une créature ayant perdu toute humanité. Mais est-ce vraiment le cas ? Ivar n'en est pas si sûr et va s'efforcer d'en convaincre ses camarades Kaya et Oswald. Ils doivent se battre pour rester humain… ils peuvent être plus fort que la bête en eux.

Sauf qu'ils ne réagissent pas tous de la même façon face au châtiment qui leur a été imposé. La peur est là pour venir saper leur espoir de s'en sortir. La colère est aussi présente, notamment au travers du personnage de Kaya dont j'ai trouvé les réactions très justes. On reproche souvent à certaines héroïnes de s'en sortir sans dommages face à certains drames et ce n'est clairement pas le cas de Kaya. Ces compagnons vont en faire les frais d'ailleurs, que ce soit Ivar ou encore le pauvre Oswald, qui sent bien souvent en-dessous de ces camarades. Je me suis attachée à eux, j'ai souffert pour eux et certains passages se sont avérés terribles. Ce n'est pas une histoire joyeuse, c'est plutôt un huit-clos qui peut s'avérer éprouvant dans certains de ses passages et qui ne laisse que peu de place à l'espoir.

Et j'ai aimé la fin choisie par l'auteur, cette fin qui n'est pas celle d'un happy end. Cette fin surprend tout en étant parfaitement logique. Elle colle à l'histoire, à l'évolution que les personnages ont connu et cela la rend satisfaisante même si notre petit coeur peut se serrer. Oui, j'aurais rêvé d'un autre avenir pour ses personnages et elle a réussi à me faire pleurer alors que j'écris cette chronique. Mon petit coeur a été touché par cette histoire, ce qui la rendra sans doute plus marquantes que d'autres, ce qui le fera rentré dans ces livres qui ne m'ont pas laissé indifférente…

Honnêtement, je n'aurais pas cru que le Roi des Fauves me toucherait autant. Pourtant c'est le cas, il m'a touchée en plein coeur, il me l'a sans doute brisé tout en m'offrant une expérience de lecture que je recommande. C'est un très bon livre… et je voudrais juste remercier l'auteur pour le cygne, cette petite lueur dans les mésaventures ténébreuses d'un trio de personnages attachants.  




Verdict ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Indispensable ! 
(et bon courage aux autres livres qui suivront)


Ce livre rentre dans le challenge :


Mini-challenges entre nous

Des mini-challenges, une idée de "Les petits mots de Saefiel" qui nous tente beaucoup !


"Voilà la genèse de ce que j'ai appelé (avec beaucoup d'inspiration) les Mini Challenges ! 
12 mois : 12 challenges. 
Pas de règles, pas de médailles, juste l'envie de faire quelque chose pour moi. 
Si vous voulez me rejoindre dans l'aventure, vous pouvez bien entendu reprendre mes petits challenges, ou bien les modifier, faîtes vous plaisir, le but du "Mini Challenge" c'est vraiment de faire ce qu'on a envie sans trop de contraintes :)"


Nous allons donc mettre en place ces petits challenges que toute l'équipe va relever (si, si, si).

Notre programme :
Janvier : un auteur
Février : une maison
Mars : un livre
Avril : une seconde chance
Mai : une romance
Juin : un YA
Juillet : une belle couverture
Août : un auto-édité
Septembre : un pays
Octobre : un science-fiction
Novembre : une lecture commune 
Décembre : une nouvelle

mardi 5 janvier 2016

Twilight, tome 1 : Fascination par Stephenie Meyer

mardi 5 janvier 2016
Résumé : Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l'état de Washington, pour vivre avec son père. Elle s'attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d'une étrange fratrie, deux filles et trois garçons. Bella tombe follement amoureuse de l'un d'eux, Edward Cullen. Ce garçon beau comme un dieu et qui lui sauve la vie plusieurs fois a selon les Indiens le sang froid... Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens : quand Isabella admet que Edward est un vampire, il est déjà trop tard.

Titre : Twilight tome 1 : Fascination

Auteur : Stephenie Meyer

Édition : Editions Hachette


***

Aujourd'hui, je vais donc vous parler de Fascination, le premier tome de Twilight, écrit par Stephenie Meyer et que je n'avais encore jamais lu. J'ai voulu lui accorder une chance…

Et je me dis que j'aurais dû laisser ma curiosité de côté et passer mon chemin. Autant être honnête, ce fut un calvaire de lire cet ouvrage du début à la fin. Je dois tout de même reconnaître que durant quelques pages, Edward a failli me charmer. En tout cas, je l'aimais bien jusqu'à ce que son côté indécis prenne le dessus. Okay, je peux comprendre que cette histoire d'amour est impossible, qu'il ne devrait pas aimer Bella, mais a-t-il besoin de le répéter sans cesse ? En plus il a l'air d'être un beau bipolaire à passer de la joie d'être avec elle à la contrariété d'aimer quelqu'un qu'il peut briser d'un claquement de doigts…

Oui, c'est dur Edward en même temps l'amour est aveugle. Tu ne pouvais pas savoir que tu allais tomber amoureux d'une empotée, qui ne cesse de se faire mal… et que tu épies la nuit car tu ne peux pas dormir et que tu n'as rien d'autres à faire. Mieux encore, tu passes ton temps à écouter les conversations qu'elle a avec d'autres personnes… Personnellement, si j'étais Bella, je fuirai très loin et j'appellerai Buffy afin qu'elle me débarrasse de ce vampire un brin psychopathe sur les bords. Quant à Bella… euh… c'est une adolescente, qui n'est pas aussi mûre qu'on pourrait le croire, totalement inconsciente et fortement injuste avec son père. Après c'est une ado qui est horripilante, à qui j'ai eu envie de donner des claques, mais que l'amour a rendu malheureusement aveugle. A moins que ce ne soit le syndrome de Stockholm…

Alors j'aurais pu les supporter s'il y avait eu de l'action… sauf qu'il se passe rien. Si j'avais adhéré au couple, s'il avait été charismatique, je suis sûre que j'aurais pu aimer leurs échanges sauf que comme je les supporte pas, j'ai trouvé ça long, mais long… Au final, j'ai été fascinée par l'ennui et la torture que j'étais en train de m'imposer. J'aurais pu abandonner, mais je voulais aller jusqu'au bout. Après tout l'étincelle pouvait surgir au dernier moment ? Sauf que non. J'ai eu un moment d'espoir quand l'action s'est emballée, mais ça n'a pas duré. En plus, j'ai eu beaucoup, beaucoup de mal avec le style du livre. Je l'ai trouvé pauvre, répétitif… ce qui ne m'a clairement pas aidée à accrocher…


Bref, Fascination n'est clairement pas pour moi. Je crois que Twilight non plus et je doute de poursuivre la saga, surtout que cela ne m'amuse pas plus que ça de râler dessus. Je m'arrêterai donc là sans prendre le temps de le recommander.   


Verdict : No Comment


Ce livre rentre dans le challenge :






Seul le bonheur par Hervé Heurtebise

Résumé :
Adrien Pons déteste le thé, mais c’est bien là son moindre défaut. Aux nourritures terrestres, il préfère, tant s’en faut, les nourritures de l’esprit. Les mots ont toujours été son fort et il s’en nourrit, au propre comme au figuré.

Écrivain talentueux, mais quelque peu bougon, Adrien Pons tient ses contemporains à une distance respectueuse, mais fraîche, selon les atomes qu’il a rarement crochus, avec les individus qui peuplent ou traversent son quotidien.
Comme il est dit que même les plus grands ermites ne sont jamais à l’abri d’une rencontre fortuite, il va connaître les tourbillons du fameux effet papillon, remuant son existence jusqu’aux tréfonds.

Pourtant peu enclin à transiger avec ses habitudes, Adrien Pons va se lancer à son corps défendant dans sa nouvelle drôle de vie, jusqu’à ce qu’elle lui assène un mauvais coup, qu’elle lui garde un chien de sa chienne.
Désormais, Adrien Pons va expérimenter le chaos, les petits bonheurs et les affres du désespoir, ce que la vie donne et ce qu’elle reprend irrémédiablement.
Elle va faire de lui un autre homme, un homme de chair et de faiblesses, en perpétuelle révolution, envisageant les choses sous un œil nouveau, un homme en rupture avec son passé, un homme en éternel devenir…

Titre : Seul le bonheur
Auteur : Hervé Heurtebise
Édition Éditions Hélène Jacob

***

Je vais écrire cette chronique "à chaud", les émotions étant encore très forte, j'espère être capable malgré tout de vous offrir une chronique de qualité. Je n'avais aucune idée de ce qui pouvait bien m'attendre en commençant Seul le bonheur et je dois dire que c'est une belle surprise par de nombreux aspects. Et si je n'avais pas autant envie de vous en parler afin de vous convaincre de le lire, je conclurais dès maintenant en vous disant que cette histoire est un vrai coup de cœur.

Nous faisons la connaissance d'Adrien Pons, un écrivain un brin morose dont le talent a déjà été récompensé par de nombreux prix. Il va nous ouvrir les portes de son univers - un charmant appartement dans une résidence où les voisins sont tous frappés - et de sa vie - rien de bien excitant d'après lui. Assurément, on peut dire qu'il est un homme qui se complaît dans la monotonie qu'il s'est lui-même infligé, trop occupé à noircir un monde pourtant plein de couleurs. Pourtant, le personnage n'est pas sans humour, et il me fera rire aux éclats à plusieurs reprises. Et puis, ce serait mentir de dire qu'il a toujours tort... 

La vie lui sourit, mais il est incapable d'en saisir toute la beauté, du moins, jusqu'à ce que le destin s'en mêle. Une femme vient troubler sa petite vie tranquille, puis un terrible accident qui va le transformer à jamais.

Je dois avouer que pendant quelques chapitres, je me demandais vraiment où voulait en venir l'auteur, où voulait-il nous emmener... Et j'ai été surprise du fameux retournement de situation, je ne m'y attendais absolument pas. Ce fut même assez dur à encaisser sur le moment, partageant les douleurs et la colère du personnage. Mais, sans ça, il n'aurait jamais fait la rencontre de personnages fabuleux comme Justine ou encore sa voisine infirmière sans oublier mademoiselle "l'otarie".
Adrien va littéralement se transformer suite à ces rencontres, ces échanges et ces moments avec certains d'entre eux. Il touche réellement le bonheur et nous aussi...

Adrien Pons est un personnage vraiment attachant et j'ai beaucoup aimé le découvrir dans ces élans d'amour, mais aussi dans ces grands moments de faiblesse. Pour tout vous dire, j'ai très envie de le rencontrer, en vrai, juste le temps d'un thé - et oui, je suis de ce genre là. 

Si j'ai beaucoup ri grâce à la plume merveilleusement drôle de l'auteur, j'ai aussi pleuré. Comme une madeleine. Dans le train. La honte absolue. Trop d'émotions aux mots carré. J'ignore comment vous donner envie de le lire, mais c'est un immense coup de cœur pour moi. En terminant ce livre, vous verrez la vie sous un angle angle et vous lui sourirez malgré vous...

Pour découvrir le livre : Seul le bonheur


lundi 4 janvier 2016

Les loups de Huntsville, tome 1 : Changement de peau par Ivy Clark

lundi 4 janvier 2016
Résumé :
Chez les Redhood, on chasse les lycans depuis des générations. Annabelle partage la haine de sa communauté pour ces monstres depuis que l’un d’eux a tué sa mère, il y a des années de cela.
Ce jour-là, Annabelle est chargée de livrer des munitions chez les Ferguson. Quand elle arrive, elle se sent fiévreuse, et la neige tombe dru. À sa surprise, ce n’est pas le père Ferguson, mais le fils, Zac, qui lui ouvre. Le jeune homme l’invite à rester dîner. Pendant la soirée, Annabelle résiste sans mal au charme de son hôte, jusqu’au verre de trop. Mais Zac n’a pas l’intention de profiter d’elle ; il a une toute autre raison de la vouloir sous son toit…

Titre Les loups de Huntsville, tome 1 : Changement de peau
Auteur : Ivy Clark
Édition Éditions Laska

***
Je suis heureuse de commencer l'année 2016 avec une belle découverte et un coup de cœur pour ce premier épisode de Les loups de Huntsville écrit par Ivy Clark.

En découvrant le résumé après la chronique de Ju', j'ai tout de suite été charmée par ce que j'en entrevoyais. Comme je suis dans une période lycans, il fallait bien que je découvre cette nouvelle série éditée chez Laska. Et c'est une réussite puisque j'ai vraiment accroché à cette histoire.

Annabelle est une héroïne de caractère que j'ai particulièrement apprécié pour son côté combatif. Elle reste fidèle à elle-même, ou essaie du moins quand Zac ne lui donne pas des envies de meurtres, et son mauvais caractère lui donne un petit "je-ne-sais-quoi" très attachant. 
Les membres de la meute sont tous très intéressants et forment une belle bande que j'ai hâte de voir grandir.

Ce premier épisode met en place l'univers tout en douceur sans pour autant nous ménager. La plume de l'auteur accompagne parfaitement son histoire et nous plonge sans peine dans la meute de Hunstville.

J'ai vraiment hâte de découvrir le second épisoooode ! Je sens que je suis déjà accro... 
Si vous avez envie de faire des gros câlins à une bêbête aux dents longues, je vous conseille de le lire. Son format court est juste parfait pour se remettre des fêtes.


Je ne voudrais pas vous forcer à l'acheter mais... ---> Changement de peau: Les Loups de Huntsville, épisode 1
La chronique de Ju'

vendredi 1 janvier 2016

2015 en deux top et une déception ! (et un chouilla de triche)

vendredi 1 janvier 2016
Aujourd'hui, avec Evy, nous allons vous résumer notre année 2015 en un top 3 de nos lectures marquantes, de nos auteurs préférés (ou marquants) et d'une déception. 


Evy

Top 3
Un mari féroce

Le Prince des Ténèbres, Tome 3 : Combustion Spontanée

Point de fuite

The Déception of the year 
Kushiel, Tome 1 : La Marque
(pas vraiment une déception, mais j'en attendais certainement beaucoup trop après les divers avis qui m'ont fait craquer)

Top 3 auteurs
Anna Lyra


Larissa Ione



Alice Scarling



Jupsy

Top 3 Livres

Les Outrepasseurs par Cindy Van Wilder

 




Sainte Marie des Ombres, tome 2 : L'Enfant des Ténèbres
par Sophie Dabat




Le Vivant par Anna Starobinets



Top 3 Auteurs

Isaac Asimov



Terry Pratchett


Julie Garwood


The Déception of the year 

Dangerous Perfection 

par Abbi Glines




Loin de tout
par J.A. Redmerski




(oui j'en ai deux, mais c'est le genre qui déçoit au fond)
Encore un Chapitre © 2014